Fenêtre stéréoscopique



Depuis mes débuts stéréoscopiques en 2005, j'ai quelques difficultés à appréhender ce que signifie "fenêtre stéréoscopique", "jaillissement" selon les interprétations diverses rencontrées sur la liste "images-stereo".
D'autre part, le traitement informatique des images a permis de faire beaucoup évoluer les images stéréoscopiques.
De nouveaux logiciels comme "StereoPhotoMaker" ou "StereoMasken" vont permettre à tout le monde et très intuitivement, de faire des images stéréoscopiques complexes, que ne savaient réaliser que des personnes ayant des logiciels de dessins puissants et possédant une solide expérience de ces logiciels et des principes de la stéréoscopie ou des appareils complexes pour des dessins stéréoscopiques.


Préambule

Dans cette page, j'explique ma vision de ces notions, interprétation sans doute inhabituelle et choquante à priori.

Une image stéréoscopique est une "bulle" ouverte sur un monde virtuel (V) en trois dimensions ; cette bulle est un cône de sommet l'oeil de l'observateur et dont la directrice ( la base si plane ) est une ligne plane ou non de cet espace : cette ligne est la fenêtre stéréoscopique.
Un point matériel de (V) situé sur les limites du cône ne peut être en avant la fenêtre car cela amène une contradiction avec la limite visible de (V).
Si l'on met des parties unies homologues touchant les bords , dans les images droite et gauche, ces parties ne font plus partie de (V) et définissent une nouvelle fenêtre.
L'image stéréoscopique de ces parties ne peut pas constituer un "masque" au sens usuel du terme puisque ne faisant pas partie de (V), elle n'est pas liée, en profondeur avec la fenêtre stéréoscopique ; c'est seulement dans le cas d'une fenêtre stéréoscopique plane située dans un plan parallèle au plan support de l'image( écran, feuille de papier ...) que l'on peut, à la rigueur, parler de masque.
C'est pourquoi il me parait impossible, en général, de matérialiser un tel masque dans les autres cas.

Par contre, on peut imbriquer des fenêtres : c'est-à-dire un mode virtuel ouvert sur un autre. Ainsi un paysage inclu dans un cube dans l'anaglyphe :



Rappel : Dans Internet Explorer, pour changer la taille de l'affichage ( en particulier d'une image ) "Ctrl+" ou "Ctrl-"
Selon l'usage qui m'apparait le plus utile, je prends les définitions suivantes :


La "fenêtre stéréoscopique" est la ligne de l'espace, image stéréoscopique du couple constitué des bords des images droite et gauche, appelée simplement "fenêtre" dans la suite.

Le support de l'image stéréoscopique est selon les cas, l'écran de l'ordinateur, l'écran de la projection ou la feuille de papier ..., c'est le plan où les points homoloques des images droite et gauche sont confondus.


Il faut bien distinguer le bord de l'image stéréoscopique et la fenêtre ; les points correspondants ne sont pas forcément à la même profondeur, le point de l'image doit être confondu ou derrière celui de la fenêtre : voir après violation de fenêtre.
Un point d'un bord de l'image stéréoscopique est souvent présent sur une seule vue et est alors situé en arrière ou en avant en cas de violation de fenêtre du point correspondant de la fenêtre.

Matérialisation de la fenêtre
Traçons un fin liseré noir autour de l'image droite et de même pour l'image gauche d'un couple.
L'image stéréoscopique de ce couple de liserés est la matérialisation de la fenêtre.
Ainsi dans l'image ci-dessous, les trois bords gauches de l'image sont situés en arrière des segments correspondants de la fenêtre ( par exemple B, point de l'image, n'est que sur la vue droite et est derrière le point correspondant A de la fenêtre ); les trois bords droits de l'image sont confondus avec les segments correspondants de la fenêtre.

cote-à-cote croisé


Anaglyphe


Cette ligne n'est pas toujours plane ni même continue, comme dans l'image ci-dessous ( attention l'image des bords de la fleur fait partie de la fenêtre et celle-ci ne se limite pas au cadre noir ! ... on applique la définition ! ).
Les images gauche et droite peuvent être entourées d'un fond uni qui, pour l'image stéréoscopique, viendra se confondre avec le plan du support ; c'est le cas quand on détoure un objet comme dans l'image suivante ou pour les "fenêtres flottantes" ( voir plus bas ).

Anaglyphe


cote-à-cote croisé


Dans le cas d'une fenêtre stéréoscopique située dans un plan parallèle au support, on pouvait définir le jaillissement d'un objet comme étant devant le plan de cette fenêtre.
Dans le cas d'une fenêtre stéréoscopique non plane comme ci-dessus, un objet devant une ligne qu'il ne rencontre pas en projection, n'ayant aucun sens, cette définition du jaillissement ne convient plus.


Je définis donc le jaillissement d'un élément comme étant devant le plan du support de l'image stéréoscopique.

Dans le cas d'une fenêtre plane dont le plan est parallèle au plan du support, je préciserai "jaillissement par rapport à la fenêtre plane" si besoin s'en fait sentir.




Violation de fenêtre Si des points des bords de l'image apparaissent devant les points correspondant de la fenêtre, il y a conflit d'interprétation puisqu'un objet situé en avant de la fenêtre semble interrompu par celle-ci d'où :


Règle : Les points des bords de l'image ne doivent pas être devant la fenêtre.

Remarque 1 :
Si on détoure une partie d'un élément sur les images gauche et droite, cela revient à amener la fenêtre à coïncider avec les points de cet élément et donc à supprimer toute violation de fenêtre pour cet élément.

Remarque 2 : Si la fenêtre comporte un segment horizontal, les points homologues de ce segment, à part les extrémités, ne sont pas nettement appariés, par conséquent une violation de fenêtre sur cette partie reste supportable.





Je vais examiner dans la suite quelques cas de fenêtres assez fréquemment rencontrés. La position de la fenêtre me semble plus précisément localisée pour les anaglyphes.

I. Fenêtre stéréoscopique plane dans le plan du support
Le cas le plus simple est quand les images droite et gauche se limitent à un rectangle constituant leur support ; la fenêtre stéréoscopique est alors un rectangle situé dans le plan du support de l'image. On peut matérialiser les bords par un cadre coloré ou non pour les images droite et gauche.
On peut en masquant des parties identiques des images droite et gauche obtenir une fenêtre non rectangulaire mais toujours dans le plan du support.
Voici deux tels exemples :

La fleur est en jaillissement sur les deux images.

II. Fenêtre stéréoscopique jaillissante ou "fenêtre flottante"
Prenons un couple gauche-droite reglé pour une fenêtre plane dans le plan du support ; mettons un encadrement autour des images gauche-droite ; agrandissons le support ces deux images.
Dans leur support respectif, décalons l'image gauche vers la droite et l'image droite vers la gauche :

cote-à-cote parallèle


On obtient ainsi un couple dont la fenêtre matérialisée par le cadre est en jaillissement ( au sens donné au début ). Le fond gris se confond avec le support.



On peut faire la même opération avec une fenêtre non plane.
D'après ce que j'ai compris des explications d'Olivier Cahen, c'est la technique utilisée pour projeter des anaglyphes sur grand écran et avoir la fenêtre en jaillissement ( bien que ce soit exprimé différemment ! ).

III. Fenêtres en biseau
Si l'on met les premiers plans d'une image stéréoscopique en jaillissement, cela va introduire des violations de fenêtre pour ces parties en jaillissement ; si l'on détoure ces parties, on annule les violations de fenêtre.
Fréquemment les parties en jaillissement sont sensiblement des parties planes avec des éléments "posés" dessus, les parties à supprimer sur les images droite et gauche sont alors très sensiblement des triangles et on obtient des fenêtres présentant un "biseau" vers l'avant.
Si l'on veut garder toute le reste de l'image, on obtient un biseau en sens inverse de la notion intuitive de perspective.
La partie en biseau de la fenêtre est en jaillissement ainsi que la partie de l'image qui est spatialement au-dessus.


Si l'on veut un biseau plus conforme à la notion intuitive de perspective, il faut avoir les images droite et gauche cadrées largement et opérer un recadrage de la partie non en jaillissement.


IV. Fenêtres floues

Considérons une image comme ci-dessous, présentant une violation de fenêtre latérale.



Si l'on met une bordure avec un fondu flou, on ne peut plus associer clairement les points homologues de cette bordure donc on perd la notion de sa position en profondeur et la violation de fenêtre n'est plus aussi nettement caractérisée. Cette méthode très simple à réaliser est d'une efficacité assez remarquable.
Ci-dessous, deux tels encadements.



V. Fenêtres diverses

1. Les images avec un élément détouré pour le mettre en exergue ou annuler une violation de fenêtre comme l'image du brugmensia en tout début de page.

Anaglyphe



2. Dans l'exemple ci-dessous, la fenêtre est un rectangle dont le plan n'est pas parallèle au support de l'image stéréoscopique.
La fenêtre et la statue sont en jaillissement.
Les points des bords inférieurs du meuble sont en avant de la fenêtre mais comme c'est un segment horizontal, il n'y a pas gêne visuelle.

anaglyphe

cote-à-cote parallèle



3. Dans l'exemple ci-dessous, la fenêtre suit sensiblement le relief du terrain sur les bords droits et gauche. Le premier plan est en jaillissement.

anaglyphe

cote-à-cote parallèle



4. Dans l'exemple ci-dessous, la fenêtre est une ligne courbe assez régulière de l'espace.

anaglyphe

cote-à-cote parallèle



5. Dans le cas d'un groupe d'objets isolés dans l'espace, la fenêtre coïncide avec les points des bords des objets ; il n'y a pas de violation de fenêtre possible et le groupe peut être positionné où l'on veut en profondeur, dans les limites du raisonnable pour la gymnastique oculaire.
Le vase est en partie en jaillissement.

anaglyphe

cote-à-cote parallèle



V. Localisation spatiale de fenêtres

J'ai des difficultés à localiser certaines images en profondeur dans l'espace, en particulier dans le cas de fenêtres jaillissantes ( ou "flottantes" au sens propre du terme !).
Par des modifications minimes de mise en forme, il me semble que l'on peut préciser cette localition.
Dans les trois présentations ci-dessous, l'image ( ou la fenêtre ) est à la même profondeur.

anaglyphe


anaglyphe


anaglyphe